Camille ESCORNEBOUEU

“Je travaille chez DESERTOURS depuis six ans. En charge du suivi et du coaching des équipages, mon rôle consiste à à guider les participantes dans la préparation de leur projet, de leur inscription au jour J du rallye. Sur le terrain, j’assure la « Relation équipages », je suis la référente, le lien entre les équipages et l’Orga et je suis là pour répondre à toutes leurs questions.

La plupart des candidates à l’aventure rencontrent des difficultés pour boucler le budget à temps, elles perdent parfois espoir. Avec les autres coachs, je les soutiens en les conseillant en fonction de leurs hobbies et de leurs personnalités : c’est vraiment du cas par cas. Le sponsoring représente environ 50% du prix de l’engagement, qu’il convient de compléter en organisant des soirées à thèmes, des évènements sportifs, des ventes d’objets créés ou récupérés auprès des sponsors. Les Roses ont de l’imagination, cette année il y a même eu une ventes aux enchères ; elles ont juste besoin d’un coup de pouce, d’une oreille qui les écoute.

Pour le Trophée Roses des Andes 2018, j’ai coaché 14 équipages avec lesquels j’ai parfois créé des liens qui vont au-delà d’une simple mission professionnelle, car nos échanges téléphoniques très réguliers font que j’entre en quelque sorte dans leur intimité. Cela a été le cas avec Lydiane et Estelle de l’équipage 47 par exemple. J’ai également adoré travailler avec « les deux Sandrine », les cousines de l’équipage 25. Catherine et Chrystelle de l’équipage 22 m’a beaucoup touchée aussi, comme Carolina et Karine de l’équipage 99 qui ont gagné la course (je viens de l’apprendre !), j’en suis très heureuse pour elles.

Mais des coups de cœur interviennent aussi sur le rallye avec des filles que je n’avais pas suivies auparavant. J’ai envie de citer Marie et Mané (équipage 114) et leurs doudounes orange, elles avaient la banane du matin au soir ! Mais aussi Linda et Céline (équipage 10) et les 33 Babeth et Betty, ou encore Carole et Virginie qui vit ce rallye comme une revanche sur la vie : il y a un an, elle suivait un traitement de chimiothérapie… Certaines histoires nous marquent, toutes les Roses en ont une.

C’est ce qui me plait dans mon métier, diversifier les relations humaines et rencontrer des personnes qui m’apportent quelque chose à travers leur manière de vivre la course. Je ne suis pas là pour me faire des amies mais je rencontre vraiment des très belles personnes. »

Ok