AUDREY COMBOURIEU (EQUIPAGE 56)

Nous avions repéré Audrey au Village-Départ au stand des blogs-équipages. Elle affichait son désir de se couper du monde et de la technologie pour plonger à 100% dans l’aventure du Trophée Roses des Andes. Au fil des étapes, cette participante s’est démarquée par une « coolitude » assumée : « On n’est pas là pour gagner, on profite, on s’éclate ».

Ce soir à Santa Rosa de los Pastos Grandes, Audrey nous a démontré toute sa grandeur d’âme et son ouverture d’esprit exemplaires, doublées d’un humour décapant ! A peine arrivée dans le village, elle a trouvé une hôte de choix en la personne de Caterina et a pu poser ses bagages dans son habitation très modeste, avec sa coéquipière Virginie et leurs acolytes durant tout le rallye Karine et Emilie (équipages 110). Touchée par la gentillesse de cette famille andine, elle nous a confié avoir eu envie d’adopter Augusto, le petit dernier avec qui elle a joué au foot dans un grand match Argentine/France improvisé. Caterina, a déplacé le peu de meubles pour installer des matelas, à même le sol (pas de carrelage ou de parquet ici…) afin que ses invitées passent la meilleure nuit possible.

Et cette nuit-là, les quatre fantastiques ne sont pas près de l’oublier ! D’abord, parce qu’elles n’ont pas eu froid, contrairement aux participantes qui ont opté pour le bivouac dans l’école. Mais aussi et surtout parce qu’une petite souris est venue leur rendre visite au beau milieu de la nuit… Ni une ni deux, Karine la copilote du 110, après avoir appelé en vain sa maman à la rescousse, a décidé de faire le guet pour permettre aux trois autres de dormir, en lisant un bon livre. Elle n’en était plus à ça près, elle qui a passé le rallye à râler, aux dires de ses copines, et qui n’attendait qu’une chose : l’hôtel pour se laver et enfin bien dormir !

Nous pourrions écrire des pages entières sur ce quatuor de choc, qui avoue avoir trouvé dans l’altitude et la fatigue une forme d’ivresse qu’elles ont adorée : elles ne comptent plus les fous-rires partagés, jusqu’en avoir mal aux abdos… Virginie quant à elle a eu un autre symptôme symbolique : « j’ai oublié mon code PIN, il est resté là-bas », nous a-t-elle confié au bord de la piscine de l’hôtel du Sheraton à Salta lundi soir. Si ça, ce n’est pas faire le vide ! Audrey quant à elle a eu un déclic durant le rallye, elle veut un deuxième enfant : elle l’appellera Augusta ou de préférence Augusta dit-elle toujours en blaguant. Plus sérieusement, elle a téléphoné à son mari pour lui apprendre la nouvelle et il en a pleuré ! Les pages qui s’écrivent durant le Trophée Roses des Andes dépassent souvent le cadre-même du rallye…

Et pour revenir à cette nuit inoubliable chez l’habitant et au très bel esprit d’Audrey, nous retiendrons qu’elle a laissé une grande partie de ses affaires à Caterina son adorable hôte et ses deux fils. « J’ai failli lui laisser mon alliance ! » plaisante-t-elle, à son habitude. Virginie, Karine et Emilie ont suivi et ont même laissé notamment une tente et des duvets, touchées par les conditions de vie si élémentaires et la générosité de cette famille du bout du monde.