Un raid Aventure 100% féminin !

Recherche
enesfr

[Résumé d’étape] Fiambala – Antofagasta de la Sierra

Etape 4 Le parc Campo De Piedra Pomez

Après la tempête, le beau temps. Jour 5 de l’aventure, les roses des Andes se sont réveillées sous un magnifique soleil orange. Mais comme le vent de sable de la veille et le franchissement des dunes en ont fatigué plus d’une, les aventurières ont préféré prendre des forces à l’abri dans leur véhicule.

8h00, petit-déjeuner aux pieds de la Cordillère et toutes sont montées dans leur 4X4 pour une journée exceptionnelle au cœur du Parc naturel Protégé : Campo de Piedra Pomez.

Les roses ne se doutaient pas de ce qu’elles allaient vivre. Même le Dakar n’entre pas sur ce site d’exception. Paysages uniques et difficultés sportives inédites ont été les mettre-mots de cette journée pas comme les autres. Dès le début, l’entrée dans le canyon a été délicate, même les pilotes les plus aguerries ont dû appréhender ces pistes avec beaucoup de précaution. Chacun des équipages a traversé le rio plus de 90 fois !

Une fois sorties de ce canyon, les compétitrices ont pris de l’altitude pour atteindre réellement les hauts plateaux désertiques. Isolées du reste du monde, les seules traces de vies qu’ont rencontré les filles sont des lamas, des flamands roses et des tarentules. Puis, l’altimètre à indiquer jusqu’à 4000 mètres et le décor est devenu incroyable : lagunes turquoises, salars, champ de pierre volcanique issu d’éruption entouré de champ de dunes dont certaines atteignent les 100 mètres. La difficulté a été autant sur la gestion de l’altitude, du stress, que dans leur capacité à analyser le terrain pour gagner des kilomètres et des places au classement. Malgré tout, Fanny, équipage 63, est sure d’une chose : « Le prototype du monde a été fait ici, c’est incroyable il y a tout. Ils ont fait des essais et ont divisé ces merveilles autour de la planète. On a vécu quelque chose d’unique. » A l’arrivée, la satisfaction était complète et générale.

Vers 18h00, les premières roses sont rentrées au bivouac au cœur du village d’Antofagasta de la Sierra. Situé à 3300 mètres, ce petit village authentique a offert l’ensemble de ses infrastructures aux roses. Une auberge municipale en guise de salle de restauration, un terrain de football pour planter les tentes et une petite station essence pour faire le plein des véhicules. Autour d’un repas réconfortant les filles se sont avouées fatiguées mais satisfaites de leur aventure, plusieurs ont attesté : « La gestion du stress et de l’altitude a été difficile à gérer alors maintenant au lit ! »

A 23h00 les roses se sont déclarées off. Dans une nuit froide, elles ont regagnés leur tente. L’aventure est à son comble… demain matin elles prennent le départ pour la mythique étape marathon, qui leur oblige une autonomie de 24h.

Ok