Dans les yeux de

Dans les yeux de
Vanessa Pilon (porte-parole québecoise)

Mercredi 26 Avril - 19h03

En arrivant ici, je croyais savoir à quoi m’attendre. Quand on m’a dit « rallye », j’ai pensé à la course, à la vitesse, et, surtout, à la compétition.

Pourtant, en arrivant à San Antonio de los Cobres, lorsqu’on a rejoint les équipages, c’est tout le contraire, que j’ai découvert : Des dizaines et des dizaines de femmes épuisées mais heureuses, déterminées, et solidaires, surtout. Solidaire avec les communautés qui les accueillent grâce au travail d’Enfants du Désert, comme en a pu témoigner la remise des matelas neufs à l’école, mais solidaires entre elles, surtout.

Comme lorsque nous avons croisé, lors de l’étape marathon, l’équipage québécois formé de Gisèle et Francesca, qui venait d’avoir une crevaison. Plutôt que de devoir se sortir de la mésaventure seule, tous les autres équipages québécois s’étaient arrêtés pour les assister et se relayer, dans une ambiance festive ponctuée de chansons.

Ça m’est alors sauté au visage : Dans un rallye comme dans la vie, il y a beaucoup d’éléments que l’on ne peut contrôler. Mais on a toujours le choix de notre réaction. Cette crevaison devenue un regroupement joyeux, au milieu de nulle part, en était une parfaite démonstration.

L’étape marathon, à laquelle nous avons pris part (en compagnie du plus charmant des chauffeurs, Jean-Pierre), a été pour moi un moment de grande émotion :  Face à l’immensité magnifique de notre planète, on se sent tout petit, mais en fermant les yeux, en réalisant les peurs et les limites qu’il aura fallu dépasser en soi pour se rendre jusqu’ici, on se sent aussi soudainement très grand.

Merci de m’avoir embarquée dans cette folie qu’est le Trophée Roses des Andes. J’ai laissé bien des craintes dans l’altiplano argentin, et j’en reviens le cœur et les yeux bien ouverts.

              

Dans les yeux de
Charles médecin sur le rallye

Dimanche 23 Avril - 1h50

Charles, médecin urgentiste belge n’en n’est pas à son premier rallye. Il a déjà à son actif trois « 4L Trophy », mais l’Argentine c’est nouveau pour lui. Il le savait, sur le Roses des Andes la difficulté est grande notamment à cause de la fatigue et de l’altitude.

Les concurrentes sortent de leur zone de confort et doivent puiser dans leurs ressources. « C’est physique pour l’organisme ». En effet les étapes sont longues et le rythme particulièrement soutenu. Les Roses évoluent pendant  9 à 10h par jour sur les pistes et ce en haute altitude.

Allez je vous fais une petite consult en [OFF] !“:

On note parfois un état hypoxique du à l’altitude. Vous avez dit “hypoxie” ? L’hypoxie désigne une inadéquation entre les besoins tissulaires en oxygène et les apports. Elle se manifeste par des maux de tête, nausées, une difficulté à l’effort (en gros ne comptez pas faire un 100 m !), un essoufflement plus rapide…

Mais notre corps est en mesure de s’adapter rapidement à l’effort en altitude, et j’ai noté chez les concurrentes une évolution rapidement favorable.

Mes conseils :

  • Adaptation à l’effort (gestes plus lents, ne pas courir, prendre son temps)
  • Boire 2/3 litres d’eau par jour
  • Bien gérer les temps d’effort et de repos
  • Si les nausées et céphalées persistent, prendre du paracétamol pour soulager
  • Si tous ces conseils ne suffisent nous sommes plusieurs médecins à pouvoir intervenir 24H/24 sur la piste comme au bivouac.

 

En théorie il faut environ 3 à 4 jours pour que le corps s’adapte à l’altitude, cela dépend aussi des personnes, certaines n’ont aucun symptôme.

Mais une chose est sûre quand nous serons redescendus à Salta les Roses seront dans une forme olympique !

 

 

              

Dans les yeux de
Du PC Course

Vendredi 21 Avril - 19h00

Etape 2 Boucle Abra Pampa, on dira que c’est comme un mini marathon qui donne le ton.

Pc Course en place à 07h09 départ des ccr (petit nom technique des concurrentes) à 08h04, 387 km de spéciale : C’est parti !!

Grâce au système de géolocalisation, nous avons la vue sur toute la course, que ce soit les participantes et l’organisation, et nous pouvons intervenir rapidement et n’importe quand. A 08h37 toutes les concurrentes roulent vers des terres inconnues en quête de nouvelles aventures et avec soif de nouvelles découvertes.

08h58 la journée va être longue : Un équipage se trompe de cap (oui ça arrive… de temps en temps…ça dépend qui…) et fait plus de 20 km au cap nord. Vous l’avez compris à la base le road book indique le cap sud, c’est une mission pour le PC Course (et nous l’acceptons)
Trêve de plaisanterie nous intervenons en plusieurs étapes :

Etape 1 – On stop l’équipage dans son élan en lui envoyant une alerte via la balise de géolocalisation. On imagine la frustration de l’équipage qui devait être persuadé d’être sur la bonne piste ou peut être que tout simplement les concurrentes voulaient visiter la Bolivie, on ne sait pas trop… ;-)

Etape 2 – On ordonne (via radio VHF, téléphone ou téléphone satellite) à un des véhicules d’assistance piste d’intervenir en lui donnant les coordonnées GPS de l’équipage et en lui indiquant l’itinéraire (quelque fois improbable et spectaculaire) à suivre.

Etape 3 – En collaboration avec le véhicule d’assistance (dans le cas présent un des “balais”), l’équipage est remis dans le droit chemin, son périple pour la Bolivie est interrompu prématurément. Bravo le “balais” pour son travail !

Apres quelques interventions similaires plus ou moins extravagantes, l’étape se termine vers 21h pour les dernières où elles sont accueillies au Check Point arrivée “à bras pampa”.
Certaines Roses filent droit, d’autres s’égarent, mais c’est aussi dans l’égarement que l’aventure prend tout son sens. Et nous on adore ça !

              

Dans les yeux de
Les commissaires

Vendredi 21 Avril - 5h04

Lever 6h30 pour préparer le départ. le briefing est à 7h30, les participantes ont une grosse journée qui les attend.
Direction l’arche de départ : les 1eres voitures arrivent. On remet le road-book, vérifie les points du règlement et récupère le kilométrage de chaque véhicule.
Les voitures se succèdent, certains visages sont souriants, d’autres avec une légère trace d’inquiétude ou de pression. Nous sommes là pour leur donner quelques conseils, rassurer et surtout leur dire de prendre du plaisir….
L’étape se termine et nous reprenons notre poste : les accueillir, échanger sur leurs impressions, donner les informations utiles (heure de dej, briefing) sans oublier le passage clé au PC méca.

              

Dans les yeux de
Julien, Direction de Piste

Jeudi 20 Avril - 5h53

Un rythme engagé.
Les filles sont bien rentrées dans le rallye. Le curseur de la compétition est placé très haut dès le 1er jour et le défi physique au rendez-vous.
Elles m’ont épaté !

              
Ok