Charles médecin sur le rallye

Charles, médecin urgentiste belge n’en n’est pas à son premier rallye. Il a déjà à son actif trois « 4L Trophy », mais l’Argentine c’est nouveau pour lui. Il le savait, sur le Roses des Andes la difficulté est grande notamment à cause de la fatigue et de l’altitude.

Les concurrentes sortent de leur zone de confort et doivent puiser dans leurs ressources. « C’est physique pour l’organisme ». En effet les étapes sont longues et le rythme particulièrement soutenu. Les Roses évoluent pendant  9 à 10h par jour sur les pistes et ce en haute altitude.

Allez je vous fais une petite consult en [OFF] !“:

On note parfois un état hypoxique du à l’altitude. Vous avez dit “hypoxie” ? L’hypoxie désigne une inadéquation entre les besoins tissulaires en oxygène et les apports. Elle se manifeste par des maux de tête, nausées, une difficulté à l’effort (en gros ne comptez pas faire un 100 m !), un essoufflement plus rapide…

Mais notre corps est en mesure de s’adapter rapidement à l’effort en altitude, et j’ai noté chez les concurrentes une évolution rapidement favorable.

Mes conseils :

  • Adaptation à l’effort (gestes plus lents, ne pas courir, prendre son temps)
  • Boire 2/3 litres d’eau par jour
  • Bien gérer les temps d’effort et de repos
  • Si les nausées et céphalées persistent, prendre du paracétamol pour soulager
  • Si tous ces conseils ne suffisent nous sommes plusieurs médecins à pouvoir intervenir 24H/24 sur la piste comme au bivouac.

 

En théorie il faut environ 3 à 4 jours pour que le corps s’adapte à l’altitude, cela dépend aussi des personnes, certaines n’ont aucun symptôme.

Mais une chose est sûre quand nous serons redescendus à Salta les Roses seront dans une forme olympique !

 

 

              
Ok