Un raid Aventure 100% féminin !

Recherche
enesfr

Vanessa PILON et Marie-Philippe JEAN, porte-paroles québécoises

Heureuses de prendre part à l’aventure du Rallye Roses des Andes 2017 pour sa 4e édition, les deux nouvelles co-porte-paroles et grandes amies Vanessa Pilon et Marie-Philippe Jean se sont rendues sur place pour soutenir les Québécoises en Argentine.

Passionnées de voyages et de dépassements, il était naturel pour elles d’accepter l’invitation !

Vanessa raconte :

“En arrivant ici, je croyais savoir à quoi m’attendre. Quand on m’a dit « rallye », j’ai pensé à la course, à la vitesse, et, surtout, à la compétition.

Pourtant, en arrivant à San Antonio de los Cobres, lorsqu’on a rejoint les équipages, c’est tout le contraire, que j’ai découvert : Des dizaines et des dizaines de femmes épuisées mais heureuses, déterminées, et solidaires, surtout. Solidaire avec les communautés qui les accueillent grâce au travail d’Enfants du Désert, comme en a pu témoigner la remise des matelas neufs à l’école, mais solidaires entre elles, surtout.

Comme lorsque nous avons croisé, lors de l’étape marathon, l’équipage québécois formé de Gisèle et Francesca, qui venait d’avoir une crevaison. Plutôt que de devoir se sortir de la mésaventure seule, tous les autres équipages québécois s’étaient arrêtés pour les assister et se relayer, dans une ambiance festive ponctuée de chansons.

Ça m’est alors sauté au visage : Dans un rallye comme dans la vie, il y a beaucoup d’éléments que l’on ne peut contrôler. Mais on a toujours le choix de notre réaction. Cette crevaison devenue un regroupement joyeux, au milieu de nulle part, en était une parfaite démonstration.

L’étape marathon, à laquelle nous avons pris part (en compagnie du plus charmant des chauffeurs, Jean-Pierre), a été pour moi un moment de grande émotion : Face à l’immensité magnifique de notre planète, on se sent tout petit, mais en fermant les yeux, en réalisant les peurs et les limites qu’il aura fallu dépasser en soi pour se rendre jusqu’ici, on se sent aussi soudainement très grand.

Merci de m’avoir embarquée dans cette folie qu’est le Trophée Roses des Andes. J’ai laissé bien des craintes dans l’altiplano argentin, et j’en reviens le cœur et les yeux bien ouverts.”

 

Ok